• Brothers

    Yu Hua

    Li Guangtou et Song Gang ne sont pas d'authentiques frères mais leurs destins se sont de longue date trouvés liés pour le meilleur et pour le pire. Enfants, puis adolescents pendant la Révolution culturelle, ils atteignent l'âge adulte au moment où la Chine entre dans l'ère tumultueuse des «réformes» et de l'«ouverture». La solidarité, cimentée par les épreuves, qui les unissait jusqu'alors se fi ssure et leurs chemins se séparent : tandis que Song Gang, l'intellectuel doux et loyal, se voit rapidement dépassé par son époque, Li Guangtou, le brigand, tirera le meilleur parti des bouleversements en cours.
    En retraçant le parcours de ces deux personnages, Yu Hua interroge près d'un demi-siècle d'histoire chinoise : des années 1960 et 1970, marquées par la répression morale et les atrocités politiques, à nos jours, où les énergies individuelles se libèrent dans un désordre épique. Portrait de toute une génération, celle de la faim, de la violence, de la frénésie économique et des grandes migrations, des ascensions fulgurantes et des naufrages, Brothers compose une véritable odyssée de la Chine contemporaine, de Mao aux JO.

    Traduit du chinois par Angel Pino et Isabelle Rabut.

  • Le septième jour

    Yu Hua

    «Le Septième Jour» propose une méditation sur le destin et sur le sens de la mort en même temps qu'une critique sociale et politique de la Chine d'aujourd'hui. Où en plus de l'humour, de l'émotion et de l'aisance narrative déjà à l'oeuvre dans les précédents ouvrages de Yu Hua, émerge une véritable poésie onirique qui transporte le lecteur dans un univers d'une beauté prégnante.

  • Vivre !

    Yu Hua

    Fugui, enfant gâté et unique héritier de la famille Xu, est un fils prodigue qui dilapide son bien dans les jeux d'argent, au grand dam de son épouse Jiazhen. Ruiné, il est contraint de travailler la terre. Mais ce revers de fortune ce révèle une chance au moment de l'avènement de la Chine communiste : autrefois fils de propriétaire foncier, désormais simple paysan, il échappe au triste sort réservé aux nantis.
    Les tourmentes successives qui secouent le pays tout au long du XXe siècle n'épargneront toutefois pas sa famille. Immortalisé par le film de Zhang Yimou qui en a été tiré (Grand Prix du jury au Festival de Cannes 1994), Vivre ! est le premier roman de Yu Hua dans lequel l'émotion et la compassion prennent le pas sur la violence. Considéré en Chine comme une oeuvre majeure, ce livre célèbre l'inaltérable volonté de vivre, par-delà les malheurs et les coups du destin.

  • Le vendeur de sang

    Yu Hua

    du jour où xu sanguan apprend qu'on peut gagner de l'argent en vendant son sang, commence pour lui une vie nouvelle.
    c'est en effet à cet expédient qu'il devra son mariage, une union bientôt assombrie par la révélation de la bâtardise de son premier fils. et c'est à cette pratique qu'il recourra ensuite - parfois au péril de sa vie-, chaque fois que le destin viendra frapper les siens. ballottés par les vicissitudes des trente années suivant l'instauration du nouveau régime chinois, avec la mise en place des communes populaires et la révolution culturelle, les personnages s'acharnent à survivre, envers et contre tout, sous le signe du sens de l'honneur, de la piété filiale et du dévouement - malgré la misère générale.
    un roman empreint d'humanisme sur la réconciliation avec soi-même et avec le milieu naturel et humain dont on est issu.



  • La Chine en dix mots

    Yu Hua

    Clairvoyant, lucide, tendre, parfois ironique, toujours dénué de complaisance nationaliste, tel est le regard de l'auteur de Brothers sur son pays. Témoin d'un demi-siècle d'histoire chinoise, Yu Hua propose une analyse sociale pertinente et courageuse de la face cachée du miracle chinois. Et livre, en filigrane, le chemin d'un écrivain et de son oeuvre.

  • Un amour classique

    Yu Hua

    Avec ces quatre nouvelles d'une violente étrangeté, où les fantasmes les plus cauchemardesques parviennent à prendre corps, Yu Hua proposait, avant le plus réaliste Brothers (Actes Sud, 2008), une vision fantastique et troublante de la Chine contemporaine.
    Un enfant de quatre ans, en provoquant accidentellement la mort de son cousin, déclenche une série de vengeances qui anéantira une famille entière. Un jeune lettré, candidat aux examens impériaux, qui traverse sur son chemin une ville florissante et y rencontre, comme en rêve, une merveilleuse jeune fille, retrouve quelques années plus tard une terre dévastée, en proie à la famine, et la jeune femme transformée en viande de boucherie. Un personnage à l'identité incertaine nous parle d'une présence féminine qui le hante, peut-être celle de Yang Liu, la jeune fille morte en lui léguant ses yeux. Dans un café, deux hommes ont assisté à un meurtre. Leur relation épistolaire, nourrie d'hypothèses sur les mobiles de ce crime, s'achèvera en tragédie.
    Oniriques et cauchemardesques, ces "petits romans" ont fait connaître Yu Hua dès la fin des années 1980. Par leur écriture où se lit parfois l'influence d'un Kafka ou d'un Borges, ils imposent d'emblée la vision d'un authentique créateur. Car cette oeuvre angoissée, écrite au lendemain d'une période dramatique de l'histoire chinoise qu'elle désigne sans la nommer, allie la puissance de l'imaginaire à la profondeur de la réflexion métaphysique.

  • Cinq longues nouvelles des débuts du grand écrivain chinois ; cinq courts romans qui creusent ce qui s'imposera comme le thème central de l'oeuvre de Yu Hua : celui du destin et de la possibilité ou non pour les humains d'avoir la maîtrise de leur propre vie.

  • 1986

    Yu Hua


    1966, la révolution culturelle commence en chine.
    un professeur d'histoire, passionné de supplices chinois, tombe aux mains des gardes rouges et disparaît. les années passent : nous voilà au printemps 1986, la population ne songe plus qu'à jouir de la paix retrouvée et de la prospérité nouvelle. l'épouse du professeur, remariée, mène une vie tranquille avec leur fille. jusqu'au moment oú l'ombre de son mari revient planer sur la ville.
    ce jour-là, en effet, un fou surgit et se livre au milieu de la foule à un étrange cérémonial, simulant sur les gens qui l'entourent l'exécution de supplices imaginaires qu'il finit par s'appliquer réellement à lui-même, selon un protocole atroce décrit dans ses moindres détails.

    le retour du refoulé, la difficulté et le devoir de se souvenir, la marque indélébile laissée par le mal telles sont les réflexions qui sourdent de ce récit poétique et terrifiant. a travers un jeu de reprises et de variations, yu hua enferme le lecteur dans une mise en abyme vertigineuse de la violence, tout en insinuant le doute sur la réalité (concrète ? fantasmée ? symbolique ?) de ce qu'il nous montre.
    l'horreur, présence diffuse, hors du temps, surplombe l'histoire et la conscience des hommes comme ces cauchemars récurrents qui hantent la création artistique depuis les origines.
    réécriture visionnaire de la révolution culturelle, 1986 a d'emblée trouvé sa place parmi les grands classiques.

  • Un enfant mal aimé quitte un jour son village natal, Nanmen, pour être confié à un couple sans descendance. Cinq ans plus tard, son père adoptif étant mort et la mère partie au loin, il retourne à Nanmen. Entre ces deux bornes temporelles, que les réminiscences du narrateur ne cessent de repousser, se tisse l'écheveau compliqué et souvent douloureux des relations familiales et communautaires au sein d'une bourgade chinoise : les frasques du père avec une veuve joyeuse, la lutte sourde que se livrent le père et le grand-père, la folie de la mère adoptive et la vengeance terrible du père adoptif surpris en flagrant délit d'adultère, la recherche fervente de l'amitié et les bouleversantes révélations de l'adolescence.
    Yu Hua signe ici un roman d'une facture magistrale où la narration, variant les points de vue, fait resurgir les personnages sous un éclairage sans cesse différent et rendu plus cru par l'anticipation de leur mort. Dans ce carrousel de la mémoire, chaque scène, au lieu d'être emportée par le flux du temps, semble s'éterniser, chaque attitude devient poignante, chaque geste irrémédiable. Mêlant l'humour à la farce et la mélancolie au pathétique, Yu Hua, tel un peintre, cerne d'un trait lumineux tous ces êtres confrontés à la difficulté d'exister.

  • Sur la route à dix-huit ans

    Yu Hua

    Les onze nouvelles qui composent ce recueil ont été écrites par Yu Hua au cours des premières années de sa carrière littéraire. Avec une constance quasi obsessionnelle, l'auteur y creuse les thèmes structurants de son univers mental : la solitude de l'individu face à un monde absurde ; la cruauté, la violence et la mort ; la culpabilité et la rétribution des fautes passées ; le hasard et la fatalité.
    Nourris de l'expérience de la Révolution culturelle, qu'il traversa enfant et qui hante ces pages sans jamais être nommée, ces textes aux accents kafkaïens empruntent, en les dévoyant, aux formes les plus diverses, du Bildungsroman au récit fantastique ou au roman chinois de cape et d'épée. Interrogeant la condition humaine dans ce qu'elle a de plus énigmatique et de plus angoissant, ces exercices de style jamais vains constituent autant de variations sur le malheur. Né en 1960 à Hangzhou (Zhejiang), Yu Hua a commencé à écrire en 1983. Ont été traduits en français : Vivre ! (Le Livre de poche, 1994 ; Babel n° 880), porté à l'écran par Zhang Yimou et primé au Festival de Cannes en 1994, Un monde évanoui (Philippe Picquier, 1994) ; et chez Actes Sud, Le Vendeur de sang (1997 ; Babel n° 748), Un amour classique (2000 ; Babel n° 955), Cris dans la bruine (2003), 1986 (2006), et Brothers (2008), qui a obtenu à sa sortie le prix Courrier international.

  • Dans les récits de Yu Hua, l'atmosphère est menaçante, lourde de pluies comme de crimes. Dans les récits de Yu Hua, il y a une force destructrice à l'oeuvre, des meurtres, des suicides, des viols. La maladie et la folie sont aussi au rendez-vous. Mais les lieux naturels sont magni-fiques : la berge de saules pleureurs dans Erreur au bord de l'eau est d'un calme enchanteur, comme celle de Un monde évanoui, où les pêchers exhibent leurs fleurs roses.
    Les deux récits publiés ici se lisent comme des polars. Dans le premier, l'inspecteur Ma Zhe tentera de résoudre trois meurtres. Un fou qui ricane bêtement sème la terreur. Mais il y a encore la fille à la barrette rouge, le jeune homme suicidaire. Dans le second récit, sous une pluie qui ne cesse pas même dans les rêves, des personnages sans nom vivent dans un monde peuplé d'hallucinations, de fantômes, des prédictions d'un vieux devin, de rêves prémonitoires.
    Après Vivre !, adapté au cinéma par Zhang Yimou et primé au festival de Cannes, Yu hua confirme sa place de premier plan dans l'avant-garde littéraire en Chine.

  • Anglais Cries in the Drizzle

    Yu Hua

    Yu Huayes'>#8217;s beautiful, heartbreaking novel Cries in the Drizzle follows a young Chinese boy throughout his childhood and adolescence during the reign of Chairman Mao. The middle son of three, Sun Guanglin is constantly neglected ignored by his parents and his younger and older brother. Sent away at age six to live with another family, he returns to his parentsyes'>#8217; house six years later on the same night that their home burns to the ground, making him even more a black sheep. Yet Sun Guanglinyes'>#8217;s status as an outcast, both at home and in his village, places him in a unique position to observe the changing nature of Chinese society, as social dynamics yes'>#8212; and his very own family yes'>#8212; are changed forever under Communist rule. With its moving, thoughtful prose, Cries in the Drizzle is a stunning addition to the wideranging work of one of Chinayes'>#8217;s most distinguished contemporary writers.From the Trade Paperback edition.

  • Anglais BOY IN THE TWILIGHT

    Yu Hua

    An award-winning author from China presents 13 tales about the sorrows, joys and constants of today's China, including the story of an awkward youth who uses the perks of his government to court two women and a couple who toils in factories only to learn that their son has been wasting their money.

empty